TINTAMARRE…Une Ile, un vacarme…

L’ILE DE TINTAMARRE

L’île Tintamarre est une île inhabitée située à 3 km à l’Est de l’île de Saint-Martin, dont elle fait partie.

Autour de son littoral, l’intégralité des 50 pas géométriques est propriété du Conservatoire du Littoral et fait partie du domaine terrestre de la Réserve naturelle nationale de Saint-Martin. À ce titre, l’espace et la nature y sont protégés par une réglementation spécifique.

Plateau calcaire de sédiments marins basculé en pente N-NE/S-SO. Le littoral Nord-Nord-Est est en falaises d’environ 30 m de haut, le Sud et l’Ouest étant au niveau de la mer. Au Sud, une barrière de corail crée un lagon peu profond. À l’Ouest, faisant face à l’île Saint-Martin, s’étend une jolie plage très prisée des excursions touristiques La Baie Blanche.

Derrière la plage, restent encore les vestiges d’un terrain d’aviation ancien, créé par un aventurier, puis utilisé par une petite compagnie faisant des transports « pittoresques » et aujourd’hui abandonnée.

L’île est recouverte aux deux tiers par une forêt abritant des arbres protégés, le reste étant en savane d’herbes courtes ou de taillis assez impénétrables sauf pour les chèvres, les lézards, les iguanes, les crabes et les tortues. Parmi les oiseaux marins qui viennent y nicher, on observe le superbe Paille-en-queue.

LE TINTAMARRE

Le Tintamarre est une tradition acadienne de marcher à travers sa communauté en faisant du bruit, souvent pour la célébration de la Fête nationale de l’Acadie. Le terme provient du mot d’origine Français acadien qui signifie « sons discordants ». La pratique est destinée à démontrer la vitalité et la solidarité de la société acadienne, et pour rappeler aux autres de la présence des Acadiens. []Le premier tintamarre a lieu le 10 août 1955 à Moncton, au Nouveau-Brunswick, à l’instigation de l’archevêque Norbert Robichaud à l’occasion du 200e anniversaire de la Déportation des Acadiens []. L’organisation et la distribution d’objets bruyants ont certainement contribué à la popularité de l’événement. [] 5 000 personnes y participent et le tintamarre est couvert en direct par une émission de la Première Chaîne de Radio-Canada animée par René Lévesque []…. C’est le joyeux tintamarre qui résonne… partout où il y a un descendant des déportés de 1755… Le premier tintamarre de 1955 est manifestement de nature religieuse. Le deuxième tintamarre, en 1979, est organisé par la Société des Acadiens et Acadiennes du Nouveau-Brunswick. En effet, l’Acadie s’est sécularisée durant cette période de 24 ans. []

Un deuxième tintamarre a lieu le 15 août 1979 [] à l’occasion du 375e anniversaire de l’Acadie. []

Dès ce deuxième tintamarre, le lien avec le charivari est remarqué[]. Cette tradition de sortir dans les rues pour faire du bruit était alors très populaires en Acadie mais elle était généralement improvisée et n’avait généralement pas lieu durant les fêtes d’été[]. Ces fêtes donnaient plutôt lieu à des défilés [].

Le Tintamarre est rapidement considéré comme une tradition et il est en fait l’une des principales manifestations de la fierté acadienne, du moins au Nouveau-Brunswick[]. Selon Ronald Labelle, c’est un exemple de l’appropriation d’un événement et son intégration aux rituels d’appartenance par une population[].

Le Tintamarre n’a pas seulement lieu en Acadie, mais son nom est souvent synonyme de l’Acadie à l’étranger. Le festival acadien de Saint-Liguori, au Québec, se nomme la fête du TINTAMARRE

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s