JOURNAL DE BORD – Mardi 28 Juin

DE CHARYBDE EN SCYLLA…

Ce matin, au départ de Vulcano, qui commençait à fumer noir…, j’ai salué bien poliment EOLE qui m’a demandé :

« Y aurait- il, valeureux mortel navigateur, quelque chose qui te fasse plaisir en quittant mon royaume ? Ulysse lui, m’avait réclamé une outre, avec tous les vents à l’intérieur… »

Merci noble, généreux et joueur Dieu du vent, mais pour ma part, laisse souffler le fond de MAESTRALE qui va me porter vers Messine et mets moi plutôt dans ce sac, quelques câpres en salade d’ail et de citron, spécialité de LIPARI dont l’équipage raffole pour peu que j’envoie avec ça, quelques spaghetti pas trop al’ dente …. !

C’est par ce dialogue anodin et courtois, que nous quittions ce matin les îles LIPARI pour voguer vers Messine où se terrent embusquées, l’abominable CHARYBDE et l’ogresse SCILLA.

Autant Napolitains et Siciliens s’opposent, pour revendiquer quelques étapes Homériques (Les cyclopes….), autant il est acquis, que SCYLLA est sur la berge Italienne du détroit et CHARYBDE et son abominable tourbillon, du côté Sicilien.

Match nul et partage des points, comme dirait, en italien bien sûr, le commentateur de la RAI au sujet de l’€uro de football. (Dont les Britishs sont sortis, ça fait deux fois cette semaine !)

On plaisantait en entrant dans le détroit. Faut dire qu’il faisait beau, en dehors d’un orage qui menaçait sur SCYLLA, aujourd’hui petit port de pécheur où j’aurais aimé relâcher, sous la grotte de l’ignoble hydre (Même pas peur). Mais à peine engagés dans le rail descendant du détroit, à l’approche de CHARYBDE, la mer s’est mise à bouillonner sous l’effet des vents et des courants contraires, avec des vagues obligeant la fermeture immédiate des portes latérales de notre fringant navire….

Plus bas, les pêcheurs juchés à quarante mètres de haut sur leur drôle de mât, traquent tranquillement l’espadon, qui dort à la surface (Il a du mérite, vu le trafic !). L’harponneur est posté lui, sur un bout dehors de même longueur. Il parait pourtant que depuis 1784, suite à fort évènement sismique, le tourbillon a quasiment disparu du détroit ?

Des incidents de toutes sortes, Messine en est émaillée depuis l’antiquité. Tremblements de terre, raz de marées, bombardements alliés, tout s’est cumulé pour détruire plusieurs fois la ville et son homologue en face, REGGIO de Calabre.

Il est visible que tout a été refait, sûrement avec les moyens pauvres du Sud de l’Italie, dont les grands bâtiments officiels de style Garibaldien et les marchands de glaces, encore plus nombreux me semble t’il que dans le reste de la péninsule.

La Sardaigne est parait-il la reine des GELATI et la créatrice de la cassate, dont je vous laisse volontiers les fruits confits……

Demain TAORMINE…. Souvenirs, souvenirs d’un séjour d’amoureux au SAN DOMENICO PALAZZO. Là, nous serons en bas, au mouillage.

IMG_2392.JPG

Tapie dans la brume, l’Abominable SCYLLA…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s