JOURNAL DE BORD – Lundi 04 Juillet

 

UN GRAND MOMENT D’INTIMITE

J’aime ces rares moments, où je reste seul à bord de Tintamarre.

L’équipage est parti, rutilant comme un sous neuf, à l’assaut des boutiques et des échoppes alimentaires de la ville. C’est le moment confidentiel où j’ai avec mon bateau une complicité très privilégiée.

Cela commence par un grand rinçage à l’eau douce, pour effacer le sel incrusté des récents embruns sur tout le navire. A la main et au jet sur le teck, les chromes, les vitres que je sèche ensuite à la raclette pour prévenir toutes traces….

Puis cela se poursuit dans les entrailles du bateau, auprès des moteurs qui sont maintenant refroidis. Recherches de traces d’huile, d’une durite qui pourrait fuir, de tout ce qui pourrait sembler suspect au niveau des organes importants, étudiés avec Marco, notre mécanicien.

Vérification des jauges, ajout d’huile au besoin, nettoyage des filtres, le nez dans les bourrins.

Visite des toilettes, vérification des mécanismes qui continuent pour moi de consister en un système invraisemblable de tuyaux, pompes, caisses noires, vannes. Un grand verre d’huile dans chaque cuvette, c’est le secret du marin qui ne comprend pas tout aux principes de ces évacuations, mais que cette recette de grand-mère rassure.

N’en déplaise aux grincheux, les pompes bien huilées, fonctionnent ensuite avec une évidente volupté. Huile d’olive de première pression, élaborée en Ombrie. Nos chiottes ont pris des goûts de luxe.

Avant que tout ne soit parfaitement sec, un chiffon propre légèrement imprégné de W40 en bombe, va finir de protéger et de faire rutiler les chromes, avant les prochains assauts salés des vagues.

Petit contrôle batteries, du niveau d’eau dans les tankers, de tout ce qui peut se dévisser, mal fermer, gondoler, gansailler de quelque manière que ce soit.

Cruciforme à la main, j’ai comme une intuition affectueuse, pour aller mettre un quart de tour à tout ce qui menace de se desserrer en douce.

Tout est désormais à bord d’une rassurante quiétude. Petite douche pour être en phase avec la troupe qui ne devrait pas tarder à regagner le navire et pour découvrir les différentes merveilles glanées dans ce fastueux pays.

Et toi, tu as fait quoi ? J’ai traîné, bricolé un peu…

Nul ne remarque le sourire assouvi, qu’ont souvent les hommes après une rencontre amoureuse, qui est très proche de celui du capitaine qui vient de passer un moment de complicité difficile à décrire, avec son amour de bateau.

Une réflexion sur “JOURNAL DE BORD – Lundi 04 Juillet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s