JOURNAL DE BORD – Samedi 09 Juillet

 

OFFREZ DONC UN MARSALA…..

 

De MARSALA, je pourrais vous raconter la fondation en l’an de grâce, je ne sais plus très bien, par les Corinthiens, dont je ne me rappelle plus grand choses, sauf l’épitre chiant que Saint Paul leur adressa et qui plombe l’ambiance à tous les mariages, dont le mien : « Frère, je suis comme un bronze retentissant, mais sans l’amour, je ne suis rien »….Etc.

Ah, voyez que ça vous parle à vous aussi !

De MARSALA, je pourrais vous conter l’arrivée de GARIBALDI, dans les années soixante (1800 !), avec ses mille chemises rouges, pour réunifier l’Italie, qui certes en avait bien besoin….

De MARSALA je pourrais vous disséquer l’étymologie : Marsa Allah (Port de Dieu), ainsi appelée par les Arabes après que Charles Martel les ait virés de Poitiers vers 732….

Seulement MARSALA, pour moi, cela reste avant tout un vin sirupeux passablement dégueulasse que mon brave homme de père allait chercher en Italie, dans sa discrète 4L fourgonnette orange de l’Equipement (Il gérait fort heureusement, le déneigement du col du Montgenèvre, jusqu’à la frontière).

Il achetait le Marsala à l’uovo (A l’œuf !). Le pire.

Tous les autres vins cuits à côté, PICON, BYRR, GUIGNOLET étaient des dons du ciel. Il le prenait en bouteilles de deux litres. Ca c’était du Magnum, pas comme le dégénéré un litre et demi d’aujourd’hui, usurpant cette identité.

Et il en offrait, à tous ceux et celles qu’il ne pouvait pas piffrer et qui ne pouvaient se soustraire au somptueux présent.

Une fois les bien-chanceux partis, il avait ce commentaire perfide et jovial :  » Ca peut pas leur faire de mal, c’est fait avec des vieilles serpillières. Et peut être un peu d’œuf. En poudre ».

Promis l’Artiste, Après la sieste, on fait un saut en ville pour vérifier que MARSALA est bien la ville harmonieuse, toute de bâtiments baroques édifiée, entourée d’une enceinte dont notre guide très littéraire a osé qualifier les dimensions, de Parfaites. Et que le breuvage est bien toujours aussi dégeulasse, que le souvenir qu’il m’en reste…..

Je te vois bien là-haut, qui te marre.

Nous pas. Tes astuces foireuses édictées avec un accent Briançonnais pas croyable, nous manquent. Toi aussi.

IMG_2694.JPG

AU LARGE DE MARSALA, L’ARCHIPEL DES AEGADES

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s