JOURNAL DE BORD-Mardi 19 Juillet

IMG_2860.JPG

HISTOIRE DE CUL (BIS)

Pour être rigoureusement exact, je devrais dire histoire de fesse.

C’est pareil, concernant la hausse vertigineuse de fréquentation du Blog dès que le sujet semble devenir un tant soit peu scabreux.

Nous étions donc juste à l’entrée du port de VILLASIMUS, dans une sorte de petite crique qui sert d’avant Port et qui est protégée par un bout de jetée naturelle, après nos dix heures de traversée…

Je prenais ma douche sur la plage arrière, au coucher de soleil, à poil comme il se doit lorsque nous n’avons pas d’invités à bord, estimant être à distance respectable pour que le voisinage n’ait pas une vision directe sur ce que Pierre PERET appelle « le p’tit chose et les deux orphelines »…..

Passe le pneumatique de la « Guarda Costiera », au cul du bateau, donc au raz du mien, alors que son trajet naturel d’entrée au port pouvait très bien le situer quelques centaines de mètres plus loin. Je continue mes ablutions. Imperturbable.

Une fois l’ensemble correctement rincé, les trois gardio-capitano-carabinieri me disent que je dois aller mouiller ailleurs, qu’à la sortie du port.

Me couvrant pudiquement, j’évite de faire préciser si la demande concerne le mouillage de mon ancre ou mes fesses et me fait expliquer la raison de cette éviction abusive. Je suis à distance de l’entrée, seul à avoir mis ma boule de mouillage règlementaire….. A Favignana, d’où nous venons en Sicile, comme à Trapani, les plaisanciers mouillent jusque dans le port !

Le trio s’énerve de mon Italien parfait et d’une diction qui m’étonne moi-même ( !) et me demande de partir poser mon ancre quelques cent mètres plus loin, immédiatement.

Je leur rappelle alors, par le geste,  ma nudité en descendant ma serviette sur les genoux indiquant le délai nécessaire pour la vêtir rapidement.

Partant du principe que je leur montrais mon cul de manière arrogante, ce qui n’était qu’à moitié faux, ils reviennent comme des malades sur Tintamarre….Et s’y amarrent, en réclamant manu militari :

Les papiers du bateau, Nos passeports, Mon permis hauturier (Ne sachant même pas d’où je venais) Les licences des radios VHF L’attestation d’assurance, traduite en Italien Le certificat de radio amateur VHF d’au moins un membre d’équipage (UGLIONE l’a réussi brillamment !) Et quelques autres documents que les trois quarts des équipages, ne connaissent même pas.

Pas de cul pour la maréchaussée…, nous avions tout et plus encore, à jour. Les gilets nouvelles normes, la survie révisée, les cartes, le livre de bord tenu à jour, celui là et l’autre, plus règlementaire….

En Italie heureusement, le ton monte vite dans les tours, mais redescend tout aussi rapidement.

On est allé mouiller quelque cent mètres plus loin, dans une eau toute aussi émeraude et UGLIONE est apparue superbe, la serviette d’une main et le champoing dans l’autre. A poil, pour sa douche du soir…..

Non mais !

IMG_2634.JPG

Une réflexion sur “JOURNAL DE BORD-Mardi 19 Juillet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s