JOURNAL DE BORD-Sam 23 Dim 24 Juillet

IMG_2904.JPG

LA COSTA SMERALDA

Au dessus de LA CALETTA on entre dans le tiers supérieur de la Côte EST SARDAIGNE, réputée de manière méritée et surnommée la Côte des milliardaires, en référence aux prix pratiqués et à la population qui y séjourne quelques semaines par an.

En effet, à partir du Capo CODA DI CAVALLO le littoral se creuse d’une multitude de criques émeraudes à fond sableux qui sont autant de mouillage à choisir en fonction de la protection souhaitée. Le plan d’eau se hérisse de toute une myriade d’îles, plus ou moins importantes dont quelques têtes de roches portant des noms charmants (Testa di morto….) qui sont autant de pièges pour le navigateur distrait….

Passés ces deux écueils (Les rochers et les prix !), il est agréable de naviguer dans ces régions si l’on est autonome en eau (Dessalinisateur) en carburant (1800l dans les tanks) et en diverses victuailles et boissons (Les deux frigos sont pleins).

Entrer au port serait un suicide pour la caisse du bord…..

On peut trainer des jours de petits mouillages de rêve en criques charmantes super abritées, tout ce beau monde rentrant le soir afficher son rafiot à Olbia,Calla di Volpe ou Porto Cervo.

Cette région superbe se prolonge par l’archipel MADDALENA qui présente les mêmes caractéristiques, puis par les îles Cavallo et Lavezzi dont le charme n’est plus à décrire pour le plaisancier qui devra cependant garder un œil constant sur le bulletin météo.

Même en été, les coups de vents, renforcés par le relief entonnoir Corse-Sardaigne dans les Bouches de Bonifacio peuvent être terribles, pour le navigateur imprudent.

Et puis cette zone des Bouches de Bonifacio est la dernière étape que nous rencontrerons sur les traces d’Ulysse, le pays des Géants LYSTRINGONS…..

C’est PORTO POZZO, une entrée cachée dans une faille de falaise, à l’aplomb d’un gros rocher en haut sur la montagne en forme d’ours et regardant la mer, puis une très longue calanque où tout au fond, même par tempête, la mer ne rentre pas…..

Ulysse prudent laissa son navire attaché à l’entrée et pu s’enfuir, le reste de sa flotte entra et se fit manger et massacrer par ces géants cannibales.

Nous y sommes entrés déjà à deux reprises, personne ne nous a mangés, l’ours sur sa plateforme, dressé comme au cirque, ne devrait pas avoir bougé pour que nous puissions repérer l’entrée.

Sinon, au pire,  j’interrogerai l’un de mes trois GPS…..

L'OURS DES LYSTRINGEONS.jpg

Une réflexion sur “JOURNAL DE BORD-Sam 23 Dim 24 Juillet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s