JOURNAL DE BORD – Mardi 26 Juillet

 

LE NAVIGATEUR MGEN

Contrairement aux croyances profondément ancrées dans les milieux libéraux, l’assuré de la Mutuelle Générale de l’Education Nationale, ne passe pas forcément ses six mois de vacances annuelles dans le Larzac à regarder pousser les moutons, ni dans le Jura à rénover de vieux métiers à tisser….

Certains MGEN naviguent.

Certes ils deviennent plus difficiles à débusquer, car trop moqués par le passé, ces derniers ont muté. Ils ont cassé leur pipe et ont d’ailleurs arrêté de fumer (La salle des profs respire), ils se griment d’accoutrements trompeurs, tels bermudas et chemises à fleurs, les mettant aujourd’hui en retard de dix ou vingt longueurs. Mais ce qui les trahi toujours, c’est leurs inénarrables godasses à la Jésus Christ (Alors que la plupart sont de laïques farouches, pourfendeurs de moines), sortes de spartiates à velcros, que l’on ne trouve plus qu’à la page vingt huit, du catalogue de la Camif.

L’accessoire trouve sa pleine harmonie, en association avec la Banane, à plusieurs compartiments que notre professeur des sciences de la terre (Ex travail manuel) porte à la taille, bien haut au dessus des crêtes Iliaques. Sur les hanches, c’est pour les cowboys…..

Le MGEN est par vocation voileux. Mais aussi par nécessité.

Il a six mois par ans, donc largement le temps pour avancer sur l’eau à cinq nœuds de moyenne, sans dépenser un rond, satisfaisant ainsi les contraintes budgétaires de son maigre salaire, viré sur son CCP tous les vingt cinq du mois. Les enfants vont à l’école publique, normalement gratuite et un coin de potager fourni l’alimentation de base, saine, équilibrée, en un mot Bio comme l’herbe à fumette qu’il y cultivait jadis, à l’époque de son adhésion PSU.

Leur dernier petit joint, en cachette des enfants, s’est éteint récemment en même temps que le vénéré Rocard.

Quand le MGEN manœuvre, il fait son cours, explique ce qu’il fait, ce qui va se passer et ce qu’il pourrait se passer s’il la faisait autrement. Il regarde avec un certain dédain le vélo ou la trottinette électrique du bateau moteur d’à côté. Lui quand il ne voile pas, il marche (Avec ce type de pompes, il a d’ailleurs du mérite), comme Jésus dans le désert. Ou sur l’eau (Ca le MGEN y fait pas !)

Le rangement à bord reste un peu bordélique comme pour ceux qui ont tout lu Dolto et « Libres enfants de Summer Hill ». Seuls les petits guides en velcros, guidant bien proprement la rallonge électrique le long de l’amarre arrière, trahissent le côté bricoleur obsessionnel de l’enseignant caché.

Ce doit être une sorte d’accord international tacite, sur chaque panne, quel que soit le pays, quelques places sont réservées pour le navigateur MGEN et son voilier à gréement de cotre.

Si ça se trouve, avec sa mutuelle il n’a qu’à faire l’avance des 5%, le reste passe en Tiers payant !

IMG_2920.JPG

3 réflexions sur “JOURNAL DE BORD – Mardi 26 Juillet

  1. Tu es dur avec ces prof il y en a quelques un de sympa ! Par contre vos pattes au crabe j’espère que tu as la recette car à votre retour j’espère que tu nous la ferra un jour Miam Miam ! Bises

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s