JOURNAL DE BORD-Merc 03 et Jeudi 04 Août

 

ESPACE DE LIBERTE

Tous les jours on râle, souvent avec raison, à cause d’une bande d’énergumènes qui traverse le port ou pire encore le mouillage où des enfants se baignent, à plus de quinze nœuds en rasant les bateaux…

Des règles strictes existent en mer. Elles sont de moins en moins respectées.

Le littoral Corse qui est souvent accore (Libre de tout écueil), se fait pourtant une spécialité de posséder de nombreuses criques idylliques, avec un méchant sec, non signalé, qui trône au beau milieu (Anses de RONDINARA, d’ARBITRO, de LAZZARINA…)

On ne peut pas mettre un pieu ou une bouée sur chaque haut fond, mais là aussi des règles strictes existent lorsque l’on entre dans un mouillage, la première étant la prudence et la vigilance. La présence de nombreux bateaux dans une crique ne garanti en rien la présence d’eau libre, sur les endroits où personne n’a encore jeté son ancre.

Il y a pourtant suffisamment d’écrits, repères, instructions, règles lois et décrets, pour garantir à tous une sécurité satisfaisante. Comme pour lutter contre bien d’autres fléaux, certains beaucoup plus préoccupants (Terrorisme….), il suffirait de les faire appliquer avec fermeté, non forcément dénuée d’une dose minimale de pédagogie.

Au lieu de cela, le garde côte Italien comme son homologue Français, s’acharnent souvent dans des contrôles tatillons, en des lieux et circonstances qui ne présentent aucun motif de doute ou de répression.

A chaque action dangereuse, qui va aboutir à une conclusion dramatique, on va par contre légiférer, changer les normes, comme on le fait aujourd’hui à chaque acte terroriste. Les « Fichiers S », les chauffards sans permis ni assurance, continuant eux à se balader pendant ce temps en toute tranquillité.

Si l’on ne veut pas que la mer, la montagne et plus largement notre quotidien voient ses espaces de liberté se réduire à une peau de chagrin, il va bien falloir qu’un jour prochain, on applique avec discernement un arsenal législatif existant, quitte même à le simplifier, au lieu d’ajouter contraintes inutiles sur contrôles abusifs, de faire ainsi du plaisancier moyen ou de l’automobiliste, la vache à lait d’un système obsolète.

Le commun des mortels se fout bien de savoir si mes gilets de sauvetage font bien 150 Newtons, il en va de ma responsabilité en cas d’avarie grave. Par contre la gendarmerie maritime qui est venue pour le contrôler, en Février, au passage de la baie des singes, n’est jamais là l’été, quand les gamins de l’UCPA traversent la passe à la nage et que de joyeux connards les frôlent à près de trente nœuds.

PS : Mes gilets de dernière génération font bien 150 Newtons, ils ont la lampe automatique qui s’éclaire dès que je tombe dans l’eau ou l’alcool, le sifflet règlementaire. J’hésite à y intégrer une dose de MOJITO de survie, le Wifi pour ne pas m’emmerder en attendant les secours…..

IMG_3043.JPG

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s