W Comme WC, X comme film X, Y Comme Yquem et Z Comme ConcluZion

Ces toilettes n’étaient pas un décor quelconque, remplaçable à volonté,

Mais une réalité donnée et poétique

Marcel PROUST – A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU

W Comme…..  WC

Nos deux chiottes étaient neufs !

Démontés, scrutés, graissés, révisés, tous les tuyaux changés comme les vannes de passe-coque. Les caisses noires avaient été démontées, vidées, nettoyées, même s’il avait fallu démonter les salles de bain et quelques meubles pour y avoir accès et les sortir.

Les règles de fonctionnement à bord son claires concernant leur utilisation, aucun papier ni autre facétie douteuse dans les toilettes une poubelle est là, avec son sac jetable, changé tous les jours pour recevoir ces déchets polluants qui bouchent tout et détruisent la Méditerranée.

Le chiotte électrique, c’est 1 mn de fonctionnement pour obtenir une eau parfaitement limpide, puis rinçage à l’eau douce. Le chiotte manuel, c’est à la pompe 10 coups PIPI et 20 coups CACA, même Thiméo à compris….

Tous les deux ou trois jours un petit verre d’huile dans chaque cuvette, donne aux systèmes une sorte de volupté soyeuse de fonctionnement qui fait de ces lieux, la fierté légitime du Capitaine.

Et bien malgrè tout, HADES Dieu des enfers se déchaina sur nous dans le pays d’EOLE nous obligeant à vider une cuvette pleine à la louche, puis démonter le bastringue en prenant sur les pieds, le contenu restant du système, que j’ai du en plusieurs fois tringler, tenter de déboucher, en vain durant 8 jours.

Mes efforts répétés, la pitié d’ATHENA et un demi-litre d’huile d’olive extra vierge de première pression d’OMBRIE eurent raison du méchant bouchon, à l’entrée de MESSINE, dont la pauvre SCYLLA doit conserver un souvenir très sombre….

Ces quelques tentatives furent un grand moment de solitude dont nous rions bien sûr aujourd’hui !

 

 

Quelquefois je me glace

J’aime mieux remettre les choses en place

Et j’en veux à ces gens

Qui s’expriment comme des glands

Vous, messieurs dans la rue

Quand vous mattez un beau cul

Vous murmurez bon sang de bois

Quel beau derrière elle a !

Pierre PERRET – LE CUL DE LUCETTE

X Comme Film  X

Deux épisodes du Journal de bord ont pour titre « HISTOIRE DE CUL ». C’est comme au cinéma, le titre racoleur multiplie par 10 la fréquentation du Blog !

Seul le second est une authentique histoire de (mes) fesses, en tout bien tout honneur !

Un peu cassé par une traversée de près de 160 Milles entre MARETTIMO (SICILE) et VILLASIMUS (SARDAIGNE), je prenais ma douche sur la plage arrière de TINTAMARRE, à poil, comme le font 90 % des plaisanciers, après avoir vérifié que personne à proximité immédiate n’avait une vue directe sur « le petit chose et les deux orphelines ».

Un pneumatique de la GUARDIA CIVILE, entrait au port deux ou trois cent mètres plus loin. Attiré par le tableau (J’ai pourtant une anatomie assez quelconque), il change de direction et pique sur le bateau au mouillage.

Ayant terminé mes ablutions, je me couvre pudiquement d’une serviette pour obtempérer à leur demande véhémente de présentation de papiers, dont la liste tiendrait à peine sur un format A4.

Pour calmer leur impatiente, je baissais la serviette pour leur indiquer que ma nudité nécessitait, par correction, le passage rapide d’un semblant de short. Ils durent se méprendre sur le geste, pensant que je leur montrais mon cul.

Vingt minutes plus tard et l’ensemble des documents présentés et vérifiés, le ton se calmait et il m’était demandé de déplacer mon ancre de 100 mètres. Rien pourtant ne le justifiait, j’obtempérai cependant avec la plus grande des corrections….

De retour à AIX en Provence, je recevais une contravention avec mise en demeure de payer, ( Plus de deux mille Euros !, que je conteste évidement) pour mouillage en zone interdite. Le document précise bien que l’objet mouillé incriminé, concerne bien mon ancre et pas du tout mon cul.

Heureusement que nos amis Italiens sont passés à l’Euro, sinon j’en avais pour deux millions de Lires !…. Pour montrer son derche à un CARABINIERE, vous connaissez le prix.

Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :

« Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,

Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,

Un chant plein de lumière et de fraternité

Charles BEAUDELAIRE – LES FLEURS DU MAL

 

Y Comme  Yquem

J’ai un peu hésité, mais finalement mes deux YQUEM survivants sont restés dans ma cave. Pas vraiment par prudence, car mon gendre a les clefs !, mais par respect d’un vin, vieux de plus de vingt ans, qu’il convient de ne guère chahuter à des températures méditerranéennes, réchauffées encore par le fonctionnement pépère de mes deux gros YANMARS

Et puis l’Italie, c’est vraiment le pays du vin blanc !

Des petits crus locaux très soignés de LIGURI, de TOSCANE, du LAZZIO, de CAMPANIE, de SICILE ou de SARDAIGNE bus très frais avec les charcuteries locales à l’apéro, aux crus de VENITIE « Tranquili » ou « Fressanti » pris seuls ou en mélange dans un SPRITZ (Prosecco), toutes ces productions enchantent le palais, pour des sommes restant souvent très modiques.

Les ENOTICHE (Boutiques de vin) sont légion en Italie et ont souvent des bars à vins associés qui proposent une dégustation des produits locaux. Un vrai régal de découverte, de discussion avec le caviste qui connait bien les vins et surtout sa région.

Il n’y a que la région de MARSALLA qui devrait motiver un large détour, la ville est moche, le port aussi, leur vin encore pire……

Les hommes passent leur vie à la recherche d’eux-mêmes,

On n’arrive jamais à une conclusion définitive en ce domaine

ROSA CANDIDA

Z  Comme…  concluZion !

Il est difficile de conclure notre petit périple qui n’était pas une fin en soit.

Ce voyage s’inscrit dans une envie de découverte, de partage, de recherche, et n’est qu’un épisode, que les conditions du moment nous donnent envie de partager.

Nous venons de poser nos sacs, le temps de refaire nos valises, dès la fin Septembre nous partons vers CUBA, revoir encore une fois cette île fabuleuse, pleine de charme et de contradictions, avant que MAC DONALD l’envahisse de ses produits sans âme.

Avant qu’Octobre se termine, nous serons au Maroc, pour prolonger encore les plaisirs de l’été.

Nous gardons la tête pleine des images de cette Méditerranée chérie que d’autres clichés ne viendront pas ternir, avec l’envie bien sûr de très vite y retourner, y conduire des amis, retrouver les nouveaux laissés à AMALFI, OLBIA, TRAPANI

Il reste plein de photos à faire, de choses à écrire et comme le dit notre ami « Il y a plusieurs manières de prendre des photos » Dominique SASSOON Acte Sud 2004

DSC_0815.JPG

Une réflexion sur “W Comme WC, X comme film X, Y Comme Yquem et Z Comme ConcluZion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s