SUR LES TRACES DE TINTIN… Jeudi 22 Juin

 

LE MYSTERE DE L’ILE NOIRE….

 

Tout le monde a lu dans son enfance, les aventures de Tintin, le Mystère de l’Ile Noire !?….

Mais si rappelez-vous, Tintin victime d’un attentat ourdi par deux mystérieux aviateurs. Poursuite dans un train, les deux malfrats, dont WRONZOFF, qui accusent notre jeune reporter de vol, motivant ainsi son arrestation par les Dupond-Dupont. Evasion, Bateau pour l’Angleterre, Milou sauvant Tintin menacé d’être balancé de la falaise par les méchants, grâce à la complicité animale d’une chèvre. Une énigme qui met en scène l’abominable Docteur Muller et Tintin qui retrouve sa trace vers l’Ile Noire en Ecosse, au large du village de KILTOCH, repère prétendu d’une bête monstrueuse. Sur l’île, le manoir recèle effectivement un monstre, le gorille nommé RANKO…

Et bien moi je connais cette histoire par cœur, comme tous les autres albums d’Hergé d’ailleurs ! Et chaque fois que je m’apprête à m’engager dans le passage à terre des Sanguinaires, avec sa tour sinistre en bout de presqu’île, faisant pendant à un premier îlot déchiqueté, je pense à ce héros de ma jeunesse.

Le monstre velu qui hante le donjon est ici, le capitaine du port Tino ROSSI d’Ajaccio, qui nous reçu de manière si cavalière l’année dernière (Voir : Sur les traces d’Ulysse, Editions MELIBEE, Juin 2017 qui vient de paraitre….). Mais qui sait ! Peut-être aurais-je du passer lui faire la bise au Port de la CITADELLE ? Si cela se trouve le capitaine RANKO, comme le grand gorille du donjon, n’est peut être finalement pas ce monstre poilu dont j’ai gardé un si noir souvenir ?!….

On aurait peut-être sympathisé au bout du compte, car de l’avis général, l’équipage de TINTAMARRE n’est pas un binôme de mauvais bougres. Après quelques Muscats du Cap on se serait quitté potes en se jurant de se revoir bientôt. Je n’aurais pas eu comme Tintin à laisser ce gentil monstre au Zoo le plus proche ; Des zoo en Corse d’ailleurs à ma connaissance il n’en existe pas, tout le monde est ici en pleine liberté, y compris les petits cochons noirs dans la montée de BAVELLA, qui nous ont fait monter sauvagement sur les freins Daniel et mois à moto, il n’y a jamais que trois semaines…

Sans rancune Captain’, la prochaine fois promis je m’arrête vous faire la bise, au lieu de piquer directement sur PROPRIANO et le golf de VALINCO !

PHOTO ILE NOIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s