LES RICHISSIMES S’EMMERDENT TOUJOURS UN PEU… Jeudi 13 Juillet

 

EN FAIT, LE RICHISSIME PLAISANCIER, IL S’EMMERDE SEVERE….

 

Déjà tu le sors de son bocal climatisé, il lui vient des vapeurs ! Les vitres fumées de son building sur l’eau, elles ne s’ouvrent même pas, pour éviter le suicide massif de ces Magnats du pétrole ou de la grande distribution, dépressifs car privés de toute liberté derrière leurs coursives de verre.

Ils ont regardé, des étés entiers, les pédalos au loin où des bandes de mômes jouaient une après midi entière à se jeter dans l’eau. Ils ont fini par transmettre à leurs bureaux d’études, les plans des pédalo-toboggans observés à la jumelle, si des fois, un polytechnicien un peu moins coincé que les autres, pouvait adapter le concept à leur barlu de cinquante mètres. Forcément, pour une centaine de SMIG, ils ont trouvé un copieur pour faire glisser leur môme (Trois mômes, c’est bon pour les profs abonnés à TELERAMA), de leur prison vers l’onde pure… Manque de bol, trois loufiats déguisés et étiquetés au nom de la barcasse, attendent sur l’eau dans une annexe, pour le remonter captif à bord.

Je vois bien leur envie, quand le soir on s’ébroue sous la douche fraiche, à poil sur la plage arrière, goutant un plaisir simple qui leur est interdit. Il faut dire que la leur, qui se ferme hermétique, est encombrée de dix Paddles, quinze scooters, trois bouées tractables, quatre annexes dont l’une approche la longueur de TINTAMARRE…Pas top pour une toilette de phoque !

Pour donner le change, ils font bien un petit saut d’hélico jusqu’à Monte-Carlo, pour prétendre récupérer leur courrier, faxé pourtant dès l’aube par leur secrétaire perso ultra sexe, sur le Fax/Télex/Satellite de leur bureau qui occupe la moitié du pont supérieur. Personne n’est dupe, surtout pas la belle Italienne qui soupire derrière son bouquet de glaïeuls, en échangeant des SMS coquins avec son prof de PILATES.

Je me demande quelle souffrance ces captifs vont encore subir pour le repas de midi. Nous c’est œufs mollés, cœurs de bœuf, thon frais, basilic que l’on arrose chaque matin et qui passe à l’ombre, de Bâbord à Tribord, vieux balsamique italien, grosses rondelles d’oignon bleu : Un festin de roi, accompagné d’un Conte PERALDI Rosé, glacé….

PEDALO

2 réflexions sur “LES RICHISSIMES S’EMMERDENT TOUJOURS UN PEU… Jeudi 13 Juillet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s