PETIT MATIN AU PORT… Mardi 18 Juillet

 

PETIT MATIN AU PORT….

J’adore les petits matins au port. Surtout quand le (dernier) coup de vent vient de cesser et qu’à nouveau tout s’anime.

Bien planqué derrière mon tau à l’ombre, que le soleil ne vienne pas ramollir mon faux beurre « OMEGA 3 », déjà vendu tout mou, j’ai  le loisir d’observer….

Le départ du bateau de plongée, je l’ai dit déjà, est une sorte de madeleine à déguster sans modération. Comme pour le bateau des sept nains, tu vérifies bien, automatiquement, qu’il ne t’en manque pas un : le Cow boy, poignard déjà fixé à la cheville, le pro, détendeur porté de part et d’autre du cou, comme l’étudiant de médecine de troisième année, l’angoissé qui retire un kilo de plomb de sa ceinture, puis rajoute deux fois cinq cent grammes, le blasé, le sportif, l’étudiant en droit boutonneux, le couple de nanas homos (Le mec, c’est la petite trapue, combinaison roulée sur les hanches), manque Blanche Neige ? C’est contre toute attente, la pinup aux longs cheveux blonds qui mène la troupe et me sourit, en rasant TINTAMARRE….

Les zodiacs de location, défilent les uns après les autres en slalomant de leur conduite encore hésitante, touchant de temps à autre un bateau ou une pendille d’amarrage. C’est sûrement pour cela qu’ils ne louent que des pneumatiques avec de gros boudins autour, comme les Auto-tampons….

Sur la panne, la Pépète du voilier voisin, cinq ans, cheveux blonds ondulés jusqu’aux fesses, répète déjà son spectacle de danse du soir, sous le regard énamouré du grand père. La chorégraphie, déjà très mature, laisse à Pépère de gros soucis pour dans dix ans… ! Il semble être rodé, sa propre fille de vingt cinq, apparemment mère célibataire, est rentrée ce matin vers 6 heures, dans la même tenue.

Quelques hordes de touristes, massés sur des barcasses, semblent s’être constitués prisonniers pour aller voir les plages et les yachts au mouillage, passablement déjà enduits d’une crème solaire qui n’évitera pas une pelade programmée à venir…

UGLIONE tire au container, du rosé en bouteille, des fois que la soif nous prenne ? Moitié Rosé, moitié Perrier, glaçon. A Saint trop, ils appellent ça une « Piscine »

Une douce torpeur s’installe. Tiens, je vais me refaire un petit toast beurre allégé tout mou, confiture de banane !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s